Le transport zéro déchet

Le transport zéro déchet

Selon le Ministère de l’environnement, les français émettent à l’année 761 millions de tonnes d’équivalent de CO2, soit 11.9 tonnes par habitant. La réduction de l’impact environnemental va au-delà du simple tri des déchets, même si cela a des effets non négligeables. Il est surtout important d’adopter un mode de vie écoresponsable au quotidien notamment en optant pour le transport zéro déchet. Découvrons ici les outils pratiques pour un transport zéro déchet.

Utiliser des bacs et housses réutilisables de transport pour la marchandise

Le nombre de barquette en bois à usage unique ou encore caisses en polystyrène explose. Rien qu’en île de France ce sont plus de 300.000 emballages jetés au quotidien. Les emballages sont de mauvaise facture et se brisent facilement lors du transport.

De plus le manque d’espace et de gestion des déchets fait que ce sont souvent des jets sauvages le long de la route qui sont ajoutés à la pollution quotidienne. Bien qu’il soit possible de recycler, cela a un coût.

Dans ce principe, afin d’éliminer les déchets, pourquoi pas employer des bacs réutilisables, facilement rinçable et lavable. Ainsi un système à consigne permet d’utiliser des bacs pleins à l’aller, puis de ramener des bacs vides, qui seront lavés au retour.

marchandises et colis vers la Guadeloupe et la Martinique

Les palettes, a l’exception du frigorifique, sont souvent emballé avec du film plastique, qui n’aura qu’une durée de vie du temps du transport. Là encore, en s’inspirant du frigorifique, il serait juste possible d’employer des housses réutilisables pour caler la marchandise et éviter d’utiliser des kilomètres de film plastique.

 

Réduire l’utilisation du scotch pour l’emballage des colis et des palettes

Le recours au ruban adhésif ou à du film pour palette classique pour fermer les colis n’est pas compatible avec un mode de vie zéro déchet.

Au-delà de son recyclage relativement complexe, la fabrication du scotch fait appel à des produits nocifs pour l’environnement. Il existe pourtant des alternatives pour limiter l’utilisation du scotch et effectuer un voyage écoresponsable.

ecologie

La colle est un produit performant pour adhérer aux produits si elle est naturelle afin de répondre à une philosophie éco-responsable et à un transport zéro déchet. Vous pouvez fabriquer votre propre colle en suivant ces étapes :

  • Mélangez la fécule de maïs, de la farine, du sucre avec de l’eau dans un récipient.
  • Renversez et chauffez à feu doux le tout dans une casserole, puis mélangez jusqu’à ébullition.
  • Ensuite ôtez la casserole du feu et versez-y une cuillère à café de vinaigre blanc.
  • Mélangez et attendez que le tout devienne froide.
  • Enfin, versez la préparation dans un pot ou un bocal en verre.

Votre colle naturelle est ainsi prête à l’emploi pendant 6 mois lorsqu’elle est bien conservée dans un réfrigérateur. Elle s’applique à l’aide d’un pinceau sur des matières telles que le bois, le textile ou encore le papier.

En outre, vous pouvez employer des fibres naturelles à l’instar de la ficelle en chanvre, en coton ou en raphia. Vous avez également la possibilité d’emballer vos paquets dans une boîte en carton qui ne nécessite pas un ruban adhésif. Une belle façon de diminuer les déchets et d’en faciliter le traitement.

Compenser les émissions de CO2 des moyens de transport

La réduction du gaz à effet de serre (GES) passe forcément par de meilleurs choix et comportements en matière de consommation et de gestion des ressources.

Pour ce faire, pour une personne, il est important de limiter au mieux les déplacements en voiture, de rationaliser l’utilisation du chauffage, de moins prendre l’avion ou encore de privilégier des produits locaux et de saison.

Aussi efficaces que soient ces résolutions, leur mise en œuvre ne pourra réduire jusqu’à zéro l’émission de CO2, en particulier dans les entreprises, d’où le recours à une compensation des émissions résiduelles.

La procédure de compensation fonctionne selon 3 étapes prédéfinies :

  • le calcul des émissions de GES du demandeur, ce dernier reçoit généralement à ce stade des conseils afin de limiter son empreinte carbone.
  • les émissions sont converties en coût de compensation. Le demandeur reçoit alors la proposition de soutien à un projet visant la réduction des émissions de GES.
  • ensuite survient le suivi dudit projet, ceci dans le but de garantir au demandeur le résultat obtenu grâce à son soutien financier au projet.

Les transits en avion sont habituellement compensés, pour cause, un voyage en avion fait consommer une quantité importante de gaz à effet de serre.

Avion et fret aérien`

Les transits maritimes et les cargo acheminant le fret, sont généralement très polluant. Il s’agit de l’une des premières sources d’émissions de carbone dans le monde. Le prix du transport maritime est généralement avantageux, ce que explique pourquoi il est difficile de ne pas s’y intéresser.

bateau et cargaison conteneur

Toutefois, certaines actions peuvent être compensées à condition que l’émission de GES soit quantifiable (chauffage dans les logements, courses en voiture…). Les émissions de CO2 occasionnées par la production industrielle, le transport ou encore l’organisation des évènements par les entreprises peuvent également être compensées.

 

En somme, le transport zéro déchet passe principalement par un changement dans les habitudes de consommation au quotidien. Ces astuces vous seront utiles pour la réduction considérable de votre impact environnemental au quotidien. Pour précision vous pouvez porter plus d’attention sur des accessoires écologiques pratiques pour une routine zéro déchet.

Laisser un commentaire